RETROPLANE.net Index du Forum
FAQ - Charte - Rechercher - Fichiers - Map - Membres - S'enregistrer - Annuaire - Vérifier ses messages privés - Connexion

Histoire des moteurs - Collection
Aller à la page Précédente
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20,
21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60,
61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69 Suivante

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROPLANE.net Index du Forum -> Aéromodèles Antiques
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Philippe26
Psycho Posteur
Psycho Posteur


Inscrit le: 10 Fév 2015
france.gif

Localisation: Allan près de Montélimar
Âge: 68 Sagittaire

MessagePosté le: 27/06/2021 10:31    Sujet du message: Répondre en citant




Les membres de l'ACSE réunis sur le stade de Méons, vendredi et samedi pour quelques vols d'entrainement, échanges et amitié...... beau temps, peu de vent, (peut-être pas assez), une seule casse à déplorer, mais que de bons moments passés ensemble......

à refaire !!!

Philippe



Je ne suis pas vieux, je suis jeune depuis plus longtemps que vous......
I am not old, I am young for longer than you .....
"C'est impossible, dit la Fierté; c'est risqué, dit l'Expérience; c'est sans issue, dit la Raison; mais essayons, murmure le coeur » W.A.Ward
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 10/07/2021 12:39    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Pour ce nouveau rendez-vous, sous le feu des projecteurs : le METEORE 2,5cc conçu par Jules MARAGET.
Au début de 1950, alors que cela fait cinq ans que la guerre est terminée, la situation économique ne s’améliore que lentement. Par rapport au premiers mois d’après-guerre, le paysage des motoristes français s’est clairsemé. De nombreux constructeurs comme AIRPLAN, COMETE, FULGUR, L.C, LS, OURAGAN, MARQUET, M.R.S, MOUSTIC ou bien SIROCCO, apparu pour la plupart dans l’euphorie de la paix retrouvée ont disparu. Il ne reste qu’ALLOUCHERY, BONNIER, DELMO, METEORE, MICRON, REA, STAB ou bien Jacques DURAND (VEGA et MICROMOTEUR). Alors que le plus important et le plus dynamique est sans contestation possible MICRON, la situation des autres constructeurs est variable. Jules MARAGET à l’origine de METEORE se trouve dans une situation précaire. Malgré un catalogue qui comporte 4 moteurs : un 5cc glow proposé en version « sport» ou bien «course» avec le vilebrequin sur 2 roulements et 3 diesels de 0,9cc, 1,7cc et 3cc de cylindrée lancé en1946 à la création de l’entreprise, la production est réduite. La cause est à chercher non pas du côté des moteurs bien construits et plutôt performants mais du côté des moyens financiers qui sont limités. De fait les publicités sont rares et malgré quelques bons résultats dans des concours, au final après 4 ans d’existence la marque reste peu connue. Pour autant Jules MARAGET ne baisse pas les bras. Apprenant les nouvelles règles concernant les motomodéles définies par la F.A.I pour la saison 1951, il décide de concevoir un nouveau moteur de 2,5cc de cylindrée. L’étude démarre probablement à l’automne 1950 car dans le journal LES AILES du 20 janvier 1951, Jacques MORISSET annonce son arrivée prochaine. D’une conception moderne il reprend les dernières tendances en vogue outre-manche. Ainsi la culasse se visse sur le cylindre qui comporte 3 transferts et 3 lumières d’échappement. Cet ensemble se visse également dans le carter à fixation radiale. De fait il se démarque nettement des autres productions nationales. La commercialisation débute aux printemps 1951. Il est ainsi remarqué lors du quatrième match Paris-Normandie, un des grands concours qui ouvre la saison. Il tient la comparaison avec les productions étrangères qui sont de plus en plus employées par les compétiteurs français même si ils ne sont pas régulièrement importés. Il est à noter que c’est la meilleure réponse d’un constructeur français face au nouveau règlement. Le MICROMOTEUR 2,47, un 2,5cc glow déjà présent depuis 1949 n’a pas percé et MICRON n’a pas été à la hauteur des espérances des modélistes pratiquant la compétition. Il faut dire qu’André GLADIEUX a simplement réduit la cylindrée de son 2,8cc qui s’il était performant en 1945 à son lancement, ne peut faire en 1951 que de la figuration lors des concours (page 60). Tout au long de l’année ce nouveau METEORE va figurer en bonne place dans les compétitions. Il va même finir sur la plus haute marche du podium lors de la finale du championnat de France qui se déroule à DREUX. L’année 1952 démarre à l’identique avec une première place aux éliminatoires du championnat à DAX, les 3 premières à ceux de Toulouse et rien de moins que les six premières à ceux d’Auvergne. Malgré cela et même avec l’arrivée d’un nouveau 5cc diesel, l’entreprise ne parvient pas à se développer. A ce stade de l’histoire il nous faut faire un crochet chez MICRON. En 1950, André GLADIEUX vend MICRON à Madame GASTINE et fonde avec 2 associés la société ARTHUS qui va se spécialiser dans la production de moteurs électriques pour l’aviation. Il continue néanmoins à assurer la supervision de la partie technique, la gestion administrative étant entre les mains d’Albert PIROVANI depuis 1949. En 1952, de plus en plus accaparé par ses fonctions au sein d’ARTHUS, André GLADIEUX est de moins en moins disponible pour MICRON. Il décide de contacter, sachant sa situation, son ami Jules MARAGET. Un accord est trouvé et à l’été 1952 les 2 sociétés se regroupent et s’installent au n°8 du passage de Ménilmontant. De la gamme METEORE, dans l’immédiat, seul le 2,5cc est conservé car il ne fait pas double emploi avec celle de MICRON. Par la suite en 1954, après quelques modifications, la production du 0,9cc va reprendre pour remplacer le MICRON 0,8cc. Cette nouvelle situation va grandement dynamiser la carrière du 2,5cc. De nouvelles versions sont présentées. Il est ainsi possible d’opter pour un nouveau carter à pattes de fixation latérales. Selon la documentation du constructeur, celui à fixation radiale est plus spécialement destiné au vol libre tandis que celui à fixation latérale est destiné au V.C.C, voitures et bateaux. Ce nouveau carter va également servir de base à un modèle à allumage par glow plug, une première pour MICRON dans cette cylindrée. Autre nouveauté, les culasses sont anodisées en noire dans le but de favoriser la dissipation de la chaleur. Une idée diversement appréciée dans le monde modéliste. Il va s’en suivre une polémique et de nombreuses discussions sur les terrains car les avis sont très partagés quant à l’efficacité de ce traitement. Albert PIROVANI, sans jamais nommer MICRON METEORE, prendra d’ailleurs la plume dans le n° 45 de MODELE MAGAZINE pour tenter de calmer le jeu. Il annonce que la baisse de température mesurée à l’aide de thermocouple a atteint 20% lors d’essais effectué sur des moteurs de 1,5cc et 2,5cc. C’est peut-être à ce moment suite à une réfection du moule qu’une première modification intervient. La buse d’arrivée d’air qui jusqu’à présent était brute de fonderie est maintenant usinée en biseau comme sur les MICRON 28 et 10cc. Du côté des résultats sportifs les podiums continuent à s’enchainer. Lors du concours fédéral il est sur la plus haute marche du podium en V.C.C dans les catégories vitesse 2,5cc série 1 et acrobatie série 1. Cette situation se retrouve également en vol libre. Il est par ailleurs champion de vol libre en Algérie et en Tunisie. La carrière se poursuit sans changement mais en 1954 la concurrence se renforce. Rien que dans les « diésel », alors que Vega en propose déjà un dans son catalogue, à Grenoble, H. ROTHLISBERGER lance le HR 25 SIROCCO et Prosper ALLOUCHERY en présente plusieurs. Pour continuer à dominer la catégorie, au passage de Ménilmontant on planche sur une nouvelle version. Cela est d’autant plus nécessaire que se profile l’importation régulière de moteurs étrangers. Ce nouveau METEORE 2,5cc est lancé en 1955, ce sera le sujet de ma prochaine présentation.





















L'article paru dans le MODELE MAGAZINE n°48 d'aout/septembre 1953 suite à la polémique crée par les culasses noires. Malgré cela on retrouve des culasses noires sur le MICRON SPECIAL (carburant standard) vendu par LA SOURCE DES INVENTIONS, une série du MICRON 29 SUPER et sur le M45 avec le piston muni de segments au début des années 70.







la première version de 1951




la nouvelle buse à droite lors du changement de moule















Il semble que tous les "glow" aient eu la culasse noire. Il ne semble pas avoir été construit avec le carter à fixation radiale.

Michel



Meteore-2.5cc-Notice.pdf
 Description:
Meteore 2,5cc Notice

Télécharger
 Nom du fichier:  Meteore-2.5cc-Notice.pdf
 Taille du fichier:  392.7 Ko
 Téléchargé:  56 fois

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Zephyrin
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 10 Oct 2015
france.gif

Localisation: Essonne

MessagePosté le: 20/07/2021 16:48    Sujet du message: Répondre en citant





Bonjour,
j'ai eu entre les mains pour réparation un moteur de fabrication anglaise de 1960, le Gannet, un gros 4 temps à essence de 15 cm3, à allumage par magnéto.
L'allumage précisément ne fonctionnait plus, et à la demande du propriétaire qui souhaite réinstaller ce moteur dans un modèle de vedette rapide, je l'ai remplacé par un allumage électronique avec un boitier RCEXL, avec un capteur Hall qui donne toute satisfaction.
le moteur est en grande forme, et très impressionnant à faire tourner !
C'est bien sûr un moteur marin, mais il existe une version avec des ailettes, que je n'ai jamais vu.


des photocopies de monographies d'époque sont visible sur le site de Ron Chernich modelenginenews.org
http://www.modelenginenews.org/cardfile/gan.html

https://youtu.be/R0WqUJZ70q0

d'autres photos du moteur démonté:
https://photos.app.goo.gl/M8sPA3qbg6rz43bG6



François
Mes moteurs :
https://photos.app.goo.gl/MZJvmep2uQ4HedYD9
https://www.youtube.com/c/francoismariemeunier
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 23/07/2021 12:38    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,

quelques photos pour compléter les informations de Zephyrin sur ce très beau moteur GANNET.
La version aéro ne semble avoir été réalisé que sur commande. les photos ci dessous sont tirées du la revue anglaise R C M E du mois de septembre 1968. C'est le premier réalisé pour propulser une maquette de BLERIOT XI.







a noter par rapport à la version marine le déplacement sur l'arrière du réservoir d'huile.




la bielle et le piston




Le vilebrequin




Le bouchon de carter avec la magnéto.




la culasse et une soupape. les siéges et guides des soupapes sont en bronze




Le GANNET est un moteur massif, ici à coté d'un MICRON RACING SOPRT.



Au dessus de l'entrée du carburateur le levier de commande pour faire varier le régime de rotation.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 09/08/2021 14:39    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Aujourd’hui je vous présente la seconde et dernière génération du MICRON METEORE 2,5cc.

Au cours de l’été 1954, alors qu’il y a à peine 3 ans que le METEORE 2,5cc est commercialisé, il apparait évident qu’il faut améliorer ses performances. Si la course du piston de 14mm et l’alésage du cylindre de 15 mm sont conservé, ce dernier est profondément remanié. Le nombre de transfert passe à 4 contre 3 sur le précèdent modèle. Il en est de même pour les sorties d’échappement. Autre changement concernant le cylindre, il est maintenant fixé au carter par 4 vis. Ce dernier, pour rendre le moteur plus polyvalent intègre à la fois une fixation radiale et latérale pour le montage sur l’avion. Au final malgré une petite prise de poids, 20 g, le bilan est positif puisque par rapport au modèle précèdent la puissance progresse de 0,03 cv à 0,23cv toujours au régime de 10 000 tr/mn. Pour ne pas faire double emploi avec le M15 qui vient d’être lancé et qui rencontre un certain succès, il ne va être développé de version à allumage par glow plug. La mise au point est terminée au printemps de 1955 et la commercialisation démarre au début de l’été sans changement de tarif. Une première publicité apparait dans le Modèle Magazine n° 65 du mois de juin et une présentation en est faite dans le numéro suivant. Comme la précédente génération les succès et les podiums s’enchainent. Il est champion d’Algérie de vol libre 1955. En 1956 Lapierre est sur la plus haute marche du podium dans la catégorie vol libre lors du concours international de Grenoble tandis que Comet fini second au concours fédéral de télécommande d’Evreux dans la catégorie des moto-modèles mono commande. Donnant satisfaction il va connaitre peu de modifications. Dans un premier temps La culasse va voir le nombre d’ailette ramené de 13 à 9. Peut-être simultanément, l’anodisation qui était rouge au départ devient verte. Le gicleur est lui aussi modifié, c’est maintenant le modèle standard de chez MICRON avec l’arrivée de carburant à l’opposé du pointeau. Lorsque le moule du carter doit être refait, la position du point de coulée est déplacée. Cela se matérialise sur le nouveau carter par un renflement situé au-dessus du bouchon. Un peu plus tard l’anodisation est de nouveau rouge. La fin de la décennie voit arriver de nombreuses nouveautés chez les concurrents ce qui oblige MICRON à préparer la relève. Au début de l’été 1960, en juin parait la dernière publicité. Ce même mois, la remplaçant, le RACING fait ses débuts de manières brillantes puisque dans sa définition « course » lors de sa première sortie officielle, le 6 juin à Maubeuge, il finit sur la première marche du podium en team racing (équipe Magne-Malfait). Dans le courant de l’été la production s’arrête.







document constructeur







Compte rendu paru dans le M.R.A n°196 de juillet 1955 des essais réalisés aux laboratoires aérodynamiques Eiffel par Marcel CHABONAT qui en était le directeur. Ce dernier modéliste de longue date était également pigiste au M.R.A.




Publicité parue dans le Modèle Magazine n°65 de juin 1955.




Publicité parue dans le M.R.A n°195 de juin 1955




Publicité parue dans le Modèle Magazine n°73 de mars 1956. A noter les arguments comme sur la publicité précédente pour lutter contre les productions étrangères qui commencent à être régulièrement importés.




Dernière publicité, M.R.A n°255 de juin 1960. A noter que comme sur une grande majorité de ses publicités, aux fils des ans, le constructeur n'actualise pas les photos.










La première version.




A droite le nouveau carter




La dernière version, l'anodisation de la culasse est supprimée, avec la relève: au centre le RACING "sport" et à gauche la version "course" avec le vilebrequin sur roulements.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 07/09/2021 10:12    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Je reviens sur le GANNET car en effectuant des recherches sur le WEBRA RECORD, mon prochain sujet, je suis tombé dans l’AEROMODELLER de juin 1959 sur une photo du GANNET en version aéro. Elle était accompagnée d’une brève description. Il semble donc qu’assez rapidement le constructeur ai prévu cette version. C’était probablement trop tôt et il va falloir attendre une décade pour en entendre reparler avec au final, commercialement parlant aussi peu de succès. Des essais réalisés, il ressort que le moteur a une grande plage d’utilisation et que la mise en œuvre est facile. Le carburateur qui n’a pas été modifié permet des reprises franches pour les montées en régime. Avec une hélice en plastique de marque TRUFLEX de 14x8 (en inch) le régime atteint 6 000 tr/mn. Le testeur a également noté un couple remarquable à bas régime et la meilleure plage d’utilisation se situe entre 4 et 5 000 tr/mn avec une hélice de 14 x 8. Le seul point noir noté c’est le poids et la taille. Il ne va en fait pouvoir intéresser que quelques rares de modélistes recherchant beaucoup de puissance, d’où son échec commercial.




A noter que le réservoir d'huile est conservé à l'avant par rapport à celui réalisé en 1968.

Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Philippe26
Psycho Posteur
Psycho Posteur


Inscrit le: 10 Fév 2015
france.gif

Localisation: Allan près de Montélimar
Âge: 68 Sagittaire

MessagePosté le: 07/09/2021 16:48    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Michel, toujours aussi bien documenté....

Juste une remarque personnelle, les 4 temps ont de tout temps été me semble-t-il plus lourds que leurs équivalents 2 temps, et légèrement moins puissants, tout au moins aux tous débuts de leur usage en acro.

De plus toujours si ma mémoire ne me trahit pas, leur conso obligeaient à des réservoirs plus grands, qui une fois vides posaient le problème de l'équilibrage en fin de programme....

Celà a dû être amélioré avec le temps, mais bon, à cette époque.....

correctif du 10 septembre : comme j'ai eu raison d'écrire : si ma mémoire ne me trahit pas.... car Pierre Alberola me corrige en m'envoyant ces précisions :

Les moteurs 4 temps ne consomment pas plus que les deux temps, au contraire, leur consommation spécifique est plus faible . La raison est que dans un moteur deux temps, malgré tous les progrès en matière de transferts , d'admission en général, les gaz brûlés et les gaz frais se mélangent toujours en partie et il y a une proportion de carburant imbrûlée. Dans un moteur 4 temps , admission et échappement sont commandés par des soupapes et il n'y a quasiment pas de mélange et une combustion plus chaude et complète. Et ce, même quand le croisement des soupapes est important, dans ce dernier cas, à la condition d'être au régime de marche(cas des moteurs de course). Ceci est de portée générale, gros et petits moteurs.

En F2B , nous avons utilisé les 4 temps, à cylindrée classique, 10 cm3 , le deux temps consomme à peu près 100-110 cm3 tandis que le 4 temps seulement 85.

La puissance développée par les 4 temps miniatures est plus faible que celle des deux temps à cylindrée égale. Ceci tient au frottements internes, à l'inertie des pièces en mouvement , plus nombreuses et aussi aux diagrammes de distribution , mais elle n'est pas très éloignée. Nous parlons de moteurs d'acrobatie utilisés autour de 9-10000 tours. Les choses sont différentes pour les moteurs de course , même anciens et non accordés , dans ce cas la puissance des 2 temps est très supérieure.

Les deux temps classiques ont été condamnés en raison des problèmes de pollution sur les motos en particulier. En automobile, ils ont eu un certain succès jusqu'aux années 60, Saab a gagné de très nombreux rallyes comme le Monte Carlo avec des 750 , à l'est, un constructeur a fait une monoplace de Formule Junior qui marchait bien. DKW en Allemagne avait aussi de bons résultats. Il y aussi des deux temps sur de gros navires et sur des camions, mais c'est un autre sujet.


Encore merci,

Philippe



Je ne suis pas vieux, je suis jeune depuis plus longtemps que vous......
I am not old, I am young for longer than you .....
"C'est impossible, dit la Fierté; c'est risqué, dit l'Expérience; c'est sans issue, dit la Raison; mais essayons, murmure le coeur » W.A.Ward
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 01/10/2021 14:19    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Voici la première partie de la saga des WEBRA 1,5cc diésel. Une catégorie de moteurs présent pendant plusieurs décades au catalogue de constructeur allemand.
En 1949 la situation économique s’améliore lentement et les interdictions définies à la fin de la guerre commencent progressivement à être levées. Cela incite Walter WEICHLER et Martin BRAGENITZ qui résident tous les deux dans la zone d’occupation américaine de Berlin à fonder une entreprise spécialisée dans les produits destinés au modélisme. Baptisée WEBRA (réunion de la première syllabe des deux noms), elle va dans un premier temps commercialiser du matériel d’importations comme les moteurs FROG, E.D et D.C en provenance de grande Bretagne ou bien WILO d’Allemagne de l’est. Les débuts sont prometteurs et en 1950 les deux hommes décident de concevoir et produire leurs propres moteurs. Ils vont très logiquement s’inspirer de ceux qu’ils distribuent. Lancé en 1951 le premier, baptisé WEBRA 2,5D, est un diesel d’une cylindrée de 2,5cc. Avec le vilebrequin tournant directement dans le carter, il entre dans la catégorie « loisir». Devant les bons résultats commerciaux obtenus, dès 1952 l’étude d’un second moteur d’une cylindrée de 1,5cc, toujours diesel est lancée. Les concepteurs n’ayant pas voulu prendre de risques, c’est une réduction du précédent. On retrouve un carter identique dans les formes qui est prévu pour être monté de manière radiale sur l’avion. Le cylindre, robuste comporte 3 transferts et 3 lumières d’échappement. Il se visse dans le carter et reçoit sur sa partie supérieure filetée une culasse en aluminium. La bielle est en aluminium. Le piston à un diamètre de 12 mm et une course de 13mm. Le moteur pèse 80 gr. Le constructeur annonce une puissance de 0,18 cv à 15 000 tr/mn. Baptisé 1,5D sa mise au point ne pose pas de problèmes et il est rapidement commercialisé. Bien qu’il ne soit pas régulièrement importé en France, on va quand même le voir sur quelques terrains grâce a des modélistes frontaliers ou bien ayant la possibilité de voyager à l’étranger. Hormis l’apparition de l’anodisation en bleu de la culasse, il faut attendre la fin de 1954 pour que des modifications plus importantes soient apportées. La plus visible avec l’adoption d’une couleur rouge pour la culasse concerne le carter. Il offre maintenant en plus de la fixation radiale, une fixation par pattes latérales. C’est un des premiers moteurs européens à présenter cette particularité. Plus difficiles à voir, l’alésage du cylindre passe de 12 à 13 mm tandis que la course du piston est ramenée à 11,5 mm. La puissance maximale est inchangée mais elle est obtenue à 14 500 tr/mn. C’est peut-être à ce moment que WEBRA propose une version pour bateau avec une culasse à circulation d’eau. Jacques Morisset dans une brève présentation dans la revue M.R.A a été séduit par la qualité de la fabrication. Lors d’essais avec différentes hélices (dimension en cm) il a noté les vitesses de rotation suivantes : 23x10 : 9500 tr/mn, 18x15 : 12200 tr/mn, 20x10 : 12800 tr/mn et 18x10 : 14000 tr/mn. Avec l’ouverture économique des frontières c’est la toute nouvelle société Scientific France qui va distribuer WEBRA chez nous. Mais avant cet accord, il n’est pas impossible que le magasin parisien SUPERSONIC en ai importé directement quelques exemplaires. En 1956 il est vendu 4300,00 frs. Il se retrouve en concurrence avec deux productions nationales, le DYNAMIC 1,5cc d’ATELIER 37 et le MICRON METEORE 1,5cc qui coute respectivement 3975,00 frs et 6600 frs. Mais il y a aussi d’autres importations comme les anglais E.D HORNET à 5000,00 frs et ALLBON SABRE à 5600,00 frs et le G26 à 3920,00 frs de l’italien SUPER TIGRE. Il ne va pas connaitre d’évolutions si ce n’est au niveau de l’ensemble gicleur/pointeau. La concurrence ne restant pas inactive, en 1958 le développement d’une nouvelle génération démarre. Elle est présentée en 1959. Ce sera l’objet de notre prochain rendez-vous.










Webra 1,5cc D, Model Aircraft octobre 1953.




Webra Record, document constructeur.




Webra record, Aéromodeller de février 1955







Webra Record, résultats d'essais, aéromodeller de février 1955




Webra record, la version pour bateau, document Webra.




Publicité parue dans la revue M.R.A n°203 de février 1956







Le Webra 1,5 D












Le Webra RECORD, il est ici équipé d'un collecteur d'échappement vendu séparément. Il peut être orienté dans toutes les positions.

À bientôt,
Michel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 14/10/2021 14:21    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
en attendant la deuxième partie de la saga des WEBRA 1,5cc diesel, retour sur la première partie. Je viens de trouver des numéros de la revue MODEL AIRCRAFT et dans le numéro d'octobre 1953 il y a un essais du WEBRA 1,5cc D.
J'en ai tiré quelques éléments que j'ai mis directement dans le message juste au dessus.
A bientôt,
Michel,
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Philippe26
Psycho Posteur
Psycho Posteur


Inscrit le: 10 Fév 2015
france.gif

Localisation: Allan près de Montélimar
Âge: 68 Sagittaire

MessagePosté le: 15/10/2021 08:00    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Michel,

J'avais tenté à Vaucanson, d'usiner un tel collecteur, directement dans la masse.... une vraie horreur.... c'était très difficile, surtout pour moi qui n'avait que les mercredi après-midi pour utiliser un tour, j'ai aussi tenté à la fraiseuse, mais bon, je n'avais pas les bons outils, il aurait sans doute fallu disposer plutôt d'un atelier de micro mécanique pour un tel projet, et de plus je n'étais pas doué sans doute....

Merci Michel pour ces documents....

Philippe



Je ne suis pas vieux, je suis jeune depuis plus longtemps que vous......
I am not old, I am young for longer than you .....
"C'est impossible, dit la Fierté; c'est risqué, dit l'Expérience; c'est sans issue, dit la Raison; mais essayons, murmure le coeur » W.A.Ward
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
raduga
Accro Posteur
Accro Posteur


Inscrit le: 13 Mai 2010
france.gif

Localisation: Pyrénées orientales
Âge: 62 Taureau

MessagePosté le: 17/11/2021 18:47    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,
Avant de continuer la saga du WEBRA RECORD, retour sur les moteurs RADIUM construit par R. GRAZZINI. Je vous les ai présenté page 18.
Il y a quelque temps j’ai fait l’acquisition d’un lot de revues et parmi celles-ci quelques AEROMODELLER de l’année 1939. En feuilletant le numéro de juillet, je tombe sur un article faisant le point sur le développement des avions à moteur à essence en Italie. L’article est illustré de photos dont une d’un moteur GIGLIO de 10cc m’interpelle : On dirait un des derniers modèles de RADIUM ! Aussi sec, mon RADIUM en main je le compare avec la photo. Pas de doute ils sont très proches. Si le carter est légèrement différent, le rupteur est lui parfaitement identique. Du coup je me mets à penser : Et si les RADIUM et les GIGLIO étaient cousins et peut être un peu plus. Voilà une piste à creuser. Je me replonge dans les revues et aidé de quelques consultations sur internet les choses se précises.
En Italie, à Florence, dans les années 20 vivent trois frères qui pratiquent l’aéromodélisme : Bruno, Démétrio et Radio GRAZZINI. Bruno très bon mécanicien vélo dirige l’usine de construction de vélos, héritée de leurs père. Elle est située au n°18 de la via del Ponte all ’ASSE. Démétrio tout en étant enseignant technique dans le plus réputé des instituts de Florence, donne des cours à l’Ecole d’applications pour spécialistes de l’aéronautique militaire. Radio quant à lui va rapidement émigrer en France n’étant pas « accord » avec le nouveau régime politique. Dans un premier temps Il s’installe à Grenoble où il ouvre un atelier de mécanique de précision. Par la suite il déménage à Paris. Pratiquant toujours l’aéromodélisme il fréquente régulièrement les terrains et assiste à des vols de modèles motorisés par des moteurs à essence, majoritairement des BROWN JUNIOR, la référence du moment. Ayant un certain sens du commerce, il juge qu’il y a un créneau à occuper face au moteur américain alors que la production française est très embryonnaire. Après avoir acheté un Brown junior et l’avoir étudié avec soin il se lance dans la conception d’un 10cc avec l’aide de ses frères. Au cours de l’année 1936 un premier prototype d’une cylindrée de 10cc est réalisé. Ne voulant pas se lancer d’emblée dans la réalisation d’un moule, le carter est réalisé en tôle soudée. Longuement testé, il permet de définir les caractéristiques du futur modèle de série. Celui-ci est réalisé durant l’année 1937. Si on retrouve des caractéristiques du prototype comme le vilebrequin monté sur un roulement, le piston par contre ne comporte plus qu’un segment au lieu de trois. Plusieurs exemplaires vont être réalisés et on va le voir à Paris sous le nom de RADIUM 10cc tandis qu’à Florence, il prend le nom de GIGLIO 10cc. A ce stade de l’histoire voici un point que je n’ai pas éclairci : où est fabriqué ce premier moteur ainsi que les modèles suivant. Est-ce en France, en Italie ou bien dans les deux à la fois avec la possibilité d’envoyer des pièces d’un pays à l’autre ? Ce premier RADIUM 10cc n’a pas fait l’objet de publicité dans les revues de l’époque et sa production s’est probablement limitée à quelques exemplaires. En fait pour Radio ce n’est qu’un galop d’essais, Il voit grand et veux commercialiser toute une gamme. Tout en améliorant le 10cc, les trois frères vont dans la seconde moitié de 1937 développer deux nouveaux moteurs de 5 et 7 cc de cylindrée. Ils sont prêts à être commercialisés à la fin de l’hiver 1937/1938 et une première publicité parait dans le M.R.A du mois d’avril 1938. Toujours sous le nom de GIGLIO, ils sont présentés simultanément en Italie. S’ils marquent un progrès, nos trois frères ne doivent pas être totalement satisfaits car ils sont remplacés dès l’été. Pour augmenter le volume des ventes, Radio va démarcher les magasins spécialisés. Au moins un, STAB va les distribuer. A l’automne, Ils trôneront d’ailleurs en bonne place sur le stand du magasin lors du seizième salon de l’aviation qui se tient à Paris au Grand Palais. A cette époque plusieurs stands étaient réservés au modélisme. Au cours de l’hiver le catalogue s’étoffe avec l’arrivée d’un 3cc de cylindrée. Il ne semble plus y avoir d’évolution jusqu’au mois de septembre 1939 qui voit l’arrêt de l’activité du fait de l’entrée en guerre de la France. Elle ne reprendra pas après l’armistice. Elle se poursuit par contre à Florence où en 1945 un diésel de 2cc, assez proche du DYNO Suisse est commercialisé. C’est malheureusement le chant du cygne car l’entreprise disparait peu après.







le premier RADIUM 10cc




Publicité parue dans le n°18 d'avril 1938 du M.R.A










Descriptif des RADIUM présenté au printemps 1938, document constructeur




La publicité parue dans le M.R.A n°22 du mois d'aout 1938










La seconde génération de 5 et 7cc. Document constructeur







le dernier RADIUM 10cc




La présentation originale sur un pèse lettre, probablement le 5cc, sur le stand du magasin STAB lors du salon de l'aviation. dessin publié dans le n°33 de l'Air pour les Jeunes du mois de décembre 1938




Publicité dans le n°30 de mai 1939 du M.R.A




La photo parue dans le numéro de juillet 1939 de la revue AEROMODELLER.
bien que légendée GIGLIO 10cc, je pense que c'est plutôt le 7cc




Photo du GIGLIO 3cc parue dans le même numéro d'AEROMODELLER




Photo du GIGLIO 2cc diesel parue dans l'AEROMODELLER de décembre 1945

A bientôt,
Michel


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
outremanchot
Fidèle Posteur
Fidèle Posteur


Inscrit le: 11 Jan 2012
uk.gif

Localisation: Indre et Loire
Âge: 82 Vierge

MessagePosté le: 17/11/2021 19:11    Sujet du message: Répondre en citant

Excellent Michel. Merci !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
allouchery
Apprenti Posteur
Apprenti Posteur


Inscrit le: 02 Nov 2013
france.gif


MessagePosté le: 18/11/2021 11:43    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Michel, pour cette documentation.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
rapmoz
Stagiaire Posteur
Stagiaire Posteur


Inscrit le: 20 Sep 2017
france.gif


MessagePosté le: 27/11/2021 14:30    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour tout le monde !



Notre bible a maintenant 21 ans et même si elle est irremplaçable, elle présente quelques lacunes, erreurs et approximations...

Quand je vois toutes les merveilles que vous montrez dans ce forum ( je ne poste jamais mais je les lis tous), je me demande s'il ne serait pas possible d'en sortir une nouvelle mouture complétée et enrichie !

Je ne dois pas être le 1er à y avoir pensé, c'est un travail énorme et je suis prêt à y prendre part même si je n'ai pas assez de connaissances pour le superviser...
Qu'en pensez-vous ?
Christian



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
allouchery
Apprenti Posteur
Apprenti Posteur


Inscrit le: 02 Nov 2013
france.gif


MessagePosté le: 28/11/2021 07:37    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Christian, j'ai participé à l'élaboration de ce livre.
A l'origine, les photos devaient êtres en couleur, nous avons commencé à réunir les informations et des documents pour construire les pages. Malheureusement l'éditeur a décidé de lancer l'impression avec des brouillons avant que le travail soit terminé.
Je reconnais qu’ils y a beaucoup d'erreurs et des informations incomplètes.
Claude
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail  
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROPLANE.net Index du Forum -> Aéromodèles Antiques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20,
21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60,
61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69 Suivante
Page 68 sur 69

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Vous pouvez télécharger des fichiers

Zone de Téléchargement du Forum et Site Retroplane


Images aléatoires album Retroplane, clic pour Agrandir

Forum en Flux RSS